Histoire

Un brin d’histoire

Le sirop d’√©rable est un produit typiquement Qu√©b√©cois. Les Autochtones fabriquaient un sucre fonc√© √† partir de la s√®ve des √©rables. Leurs m√©thodes √©taient rudimentaires. Au printemps, ils faisaient une encoche √† la hache, en biais de l’√©corce, et fixaient un copeau de bois au bas de cette incision.

La s√®ve, qui s’√©coulait goutte √† goutte, √©tait recueillie dans des casseaux d’√©corce de bouleau. ¬†Apr√®s avoir transvid√© la s√®ve dans un tronc d’arbre creux, on y jetait des pierres chaudes pour obtenir une premi√®re √©vaporation. Le temps faisait ensuite son Ňďuvre. Peu √† peu, la s√®ve se transformait par √©vaporation naturelle en sirop, puis en tire et enfin en sucre. Les premiers colons fran√ßais au Qu√©bec, s’inspirant de l’ing√©niosit√© des Autochtones, s’adonn√®rent de fa√ßon empirique √† la production de sirop d’√©rable. Ils faisaient bouillir la s√®ve dans des chaudrons de fer, en plein air. Transmis de g√©n√©ration en g√©n√©ration, cet art de faire les sucres est devenu l’une des grandes richesses du patrimoine canadien. Au fil des ans, les m√©thodes d’exploitation et les instruments utilis√©s se sont grandement am√©lior√©s. La premi√®re innovation importante pour la cueillette de l’eau d’√©rable survient en 1976 avec l’introduction du syst√®me de pompage √† vide. Le cheval et les raquettes, symboles du pass√©, font maintenant place √† la science et √† la technologie.

SAVEZ-VOUS QUE…
Il faut environ 30 litres d’eau d’√©rable pour produire un seul litre de sirop dont la teneur en eau doit √™tre de 34%. Impressionnant, non ?!

La cabane à sucre

Les nuits froides, les journ√©es ensoleill√©es, la neige qui fond, les oiseaux qui chantent et bien s√Ľr les √©rables qui coulent ! Le printemps, c‚Äôest la nature qui reprend vie apr√®s de longs mois de somnolence hivernale. Pour de nombreux Qu√©b√©cois, le printemps c‚Äôest aussi le p√®lerinage annuel √† la ¬ę¬†cabane √† sucre¬†¬Ľ.

La cabane √† sucre est le lieu de fabrication du sirop d‚Äô√©rable. Sa construction est caract√©ris√©e par la pr√©sence sur le toit d‚Äôune structure que l‚Äôon nomme lucarne de ventilation destin√©e √† laisser √©chapper la vapeur produite par l‚Äô√©vaporateur. Et qui dit cabane √† sucre dit naturellement ¬ę¬†parties de sucre¬†¬Ľ et ¬ę¬†tire sur la neige¬†¬Ľ et cuisine traditionnelle pour f√™ter ce savoureux sirop d‚Äô√©rable.

Les parties de sucre

Les parties de sucre ont toujours √©t√© une occasion de r√©jouissances et de d√©tente en plein air. Une f√™te √† la tire bien organis√©e est d‚Äôabord constitu√©e d‚Äôun d√ģner canadien servi √† la cabane √† sucre.

Au menu, on retrouve des cr√™pes au sirop d‚Äô√©rable, des Ňďufs cuits dans le sirop bouillant, des grillades de lard sal√© et du jambon. Les invit√©s mangent en plein air lorsque la temp√©rature le permet. Apr√®s le repas, certains visiteurs se prom√®nent dans l‚Äô√©rabli√®re ou font de la raquette.

La tire sur la neige

La tire sur la neige consiste √† faire chauffer du sirop d‚Äô√©rable dans une casserole. D√®s que le sirop atteint 115¬įC, on le verse sur de la neige pour obtenir une tire tendre et vraiment d√©licieuse. La d√©gustation se fait √† l‚Äôaide de palettes en bois ou de b√Ętonnets sur lesquelles on enroule la tire.