Histoire

Un brin d’histoire

Le sirop d’érable est un produit typiquement Québécois. Les Autochtones fabriquaient un sucre foncé à partir de la sève des érables. Leurs méthodes étaient rudimentaires. Au printemps, ils faisaient une encoche à la hache, en biais de l’écorce, et fixaient un copeau de bois au bas de cette incision.

La sève, qui s’écoulait goutte à goutte, était recueillie dans des casseaux d’écorce de bouleau.  Après avoir transvidé la sève dans un tronc d’arbre creux, on y jetait des pierres chaudes pour obtenir une première évaporation. Le temps faisait ensuite son œuvre. Peu à peu, la sève se transformait par évaporation naturelle en sirop, puis en tire et enfin en sucre. Les premiers colons français au Québec, s’inspirant de l’ingéniosité des Autochtones, s’adonnèrent de façon empirique à la production de sirop d’érable. Ils faisaient bouillir la sève dans des chaudrons de fer, en plein air. Transmis de génération en génération, cet art de faire les sucres est devenu l’une des grandes richesses du patrimoine canadien. Au fil des ans, les méthodes d’exploitation et les instruments utilisés se sont grandement améliorés. La première innovation importante pour la cueillette de l’eau d’érable survient en 1976 avec l’introduction du système de pompage à vide. Le cheval et les raquettes, symboles du passé, font maintenant place à la science et à la technologie.

SAVEZ-VOUS QUE…
Il faut environ 30 litres d’eau d’érable pour produire un seul litre de sirop dont la teneur en eau doit être de 34%. Impressionnant, non ?!

La cabane à sucre

Les nuits froides, les journées ensoleillées, la neige qui fond, les oiseaux qui chantent et bien sûr les érables qui coulent ! Le printemps, c’est la nature qui reprend vie après de longs mois de somnolence hivernale. Pour de nombreux Québécois, le printemps c’est aussi le pèlerinage annuel à la « cabane à sucre ».

La cabane à sucre est le lieu de fabrication du sirop d’érable. Sa construction est caractérisée par la présence sur le toit d’une structure que l’on nomme lucarne de ventilation destinée à laisser échapper la vapeur produite par l’évaporateur. Et qui dit cabane à sucre dit naturellement « parties de sucre » et « tire sur la neige » et cuisine traditionnelle pour fêter ce savoureux sirop d’érable.

Les parties de sucre

Les parties de sucre ont toujours été une occasion de réjouissances et de détente en plein air. Une fête à la tire bien organisée est d’abord constituée d’un dîner canadien servi à la cabane à sucre.

Au menu, on retrouve des crêpes au sirop d’érable, des œufs cuits dans le sirop bouillant, des grillades de lard salé et du jambon. Les invités mangent en plein air lorsque la température le permet. Après le repas, certains visiteurs se promènent dans l’érablière ou font de la raquette.

La tire sur la neige

La tire sur la neige consiste à faire chauffer du sirop d’érable dans une casserole. Dès que le sirop atteint 115°C, on le verse sur de la neige pour obtenir une tire tendre et vraiment délicieuse. La dégustation se fait à l’aide de palettes en bois ou de bâtonnets sur lesquelles on enroule la tire.

b895a789b521e3f22f1e035ffa7dd484KKKKKKKKKKKKKKKKKKKKKKK